DES ANARCHISTES APPELLENT AU MEURTRE DE FLICS

Certains même qui nous applaudissent au lendemain d’attentats tragiques où font appel à nos services quand ils en ont besoin, nous conspuent à la moindre occasion et se réjouissent d’actes ignobles commis à notre encontre. Les propos de ces affiches ne sont que haine et mépris envers les représentants de l’État.

Pas seulement contre les Policiers [cf : Parce qu’on peut s’opposer aux oppresseurs et à leurs larbins en uniformes (pas toujours bleu) …]. Les pompiers, les militaires, les douaniers, le personnel hospitalier et pénitencier sont aussi la cible d’agressions de plus en plus sauvages.

Ces criminels nous accusent de tous les mots de la terre mais sont les premiers à casser les biens d’autrui lors de manifestations (autorisées ou non), à agresser les forces de l’ordre gratuitement (jets d’objets, dispositifs incendiaires, armes à feu). Ces affiches ne sont ni plus ni moins que des appels clairs et nets à la violence envers les fonctionnaires (quelqu’ ils soient) et au meurtre.

Nous appelons les dirigeants de notre profession, Mr le Directeur Général de la Police Nationale, Mr le Ministre de l’Intérieur, à porter plainte pour ces faits afin que les auteurs (le simple responsable du collectif suffira) soit traduit devant la justice et punis.

Et que l’on arrête de nous dire que cela fait partie de notre métier. Nous acceptons les risques inhérents à notre profession mais NE POUVONS ACCEPTER d’être pris pour cible par des gens sous prétexte d’une liberté individuelle pleine et indivisible.

 

COMMUNIQUE U.P.N.I.

Nous tenons à informer nos membres et sympathisants que nous avons été sollicités pour participer à l’émission c politique de France 5 le dimanche 24 septembre 2017.

La chaine n’a pas été en mesure d’assurer un anonymat, nos porte-parole étant indisponibles.

Compte tenu de l’état d’urgence et de notre devoir de réserve malgré tout, nous avons décidé de ne pas participer à ce direct.

Nous avons donc préféré nous prémunir des éventuelles conséquences que cela entrainerait.

Notre mobilisation reste intacte afin de porter la parole des policiers de terrain.

Merci de votre soutien à tous.

 

 

 

DEJA EN 2014 LE COMMISSARIAT DE COULOMMIERS ÉPINGLE PAR DES CONTRÔLEURS DES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTÉ

Le 15 et 16 juillet 2014, visite inopinée de deux contrôleurs des lieux de privation de liberté au commissariat de COULOMMIERS 77.

Rapport de visite du commissariat de police de Coulommiers (Seine-et-Marne)

Voici une partie de leur rapport qui dresse les constats liés aux conditions de garde à vue, de dégrisement et de retenue administrative:

Une Synthèse était adressée aux ministres de l’intérieur et de la justice_Commissariats visités avant le 31 juillet 2014

 

Résultats en 2017 ? Rien n’a été fait pour COULOMMIERS malgré les rapports envoyés au plus haut niveau au Ministère de l’Intérieur.